PARCOURSUP : Que faire quand on est recalé ?

~~ Une vraie course effrénée ! Tu te sens embourbé(e) dans ce processus de sélection et te dis que tout est fini. Comment vas-tu faire pour sauver ton honneur auprès de tes potes (Eux ont été pris.) ? Parcoursup ne te donne pas la solution miracle. Cependant, tu ne vois pas d’autres issues que d’être absolument accepté(e) quelque part (peu importe la formation, même si cela ne te plaît pas). Et ça te fou grave la pression ! Heureusement, il y a toujours un côté positif à toute situation. Cet article va t’aider à envisager ton année d’une autre manière et il te faudra mettre en action ce plan B après lecture. GO ! ~~

Rappel historique de la création du dispositif 

Parcoursup est issu du projet de loi relatif à l’orientation et la réussite des étudiants de 2017 proposé par Mme Frédéric VIDAL, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.  

“ Le projet de loi traduit ainsi la volonté du Gouvernement de mettre fin à l’usage de cette règle de départage, en personnalisant les parcours sur la base d’une analyse de la cohérence entre le projet de formation du candidat, les acquis de sa formation et ses compétences d’une part et les caractéristiques de la formation d’autre part. Les établissements d’enseignement pourront ainsi mettre en place au bénéfice des futurs étudiants des dispositifs d’accompagnement pédagogique ou de parcours de formation personnalisés. ” Ces quelques lignes présentent la naissance de la procédure Parcoursup. Avant c’était mieux ? Tu devais préparer ton passage entre le secondaire et le 3ème cycle par le biais de la plateforme Admission Post-Bac. Il te suffisait de rentrer tes vœux de poursuite d’études en les hiérarchisant par ordre de préférence et le portail informait par la suite des admissions. C’était simple mais de nombreuses filières et écoles/ universités se retrouvent saturées (trop d’étudiants quoi ! ). En 2017, ce même Ministère a ajouté un tirage au sort pour résoudre le problème. Rien n’est parfait non ? En août 2017, 86 969 étudiants étaient sans réponse. Sachant que le tirage au sort a été pratiqué par une centaine d’établissement et qu’à ce jour, de plus en plus de filière fixe un taux de capacité d’entrée. L’article 1er du Projet de loi cite ce changement majeur : “Les capacités d’accueil des formations de premier cycle de l’enseignement supérieur des établissements relevant du ministre chargé de l’éducation nationale et du ministre chargé de l’enseignement supérieur sont arrêtées chaque année par l’autorité académique après proposition de l’établissement.” Ce qui ne facilite pas la tâche !    

2018, lancement de Parcoursup. Tu as peut-être fait partie des testeurs ou bien tu en fais les frais : “ Le principe de personnalisation constituera un nouvel instrument, afin de rétablir l’égalité des chances au sein de notre enseignement supérieur, en offrant aux étudiants dont le profil présente certaines fragilités les moyens d’aller jusqu’au bout de leur projet de formation et de réussir. ” (Cette phrase vend du rêve mais la réalité est toute autre.)   

Ce fameux nouvel outil, qui fait tant parler de lui en ce mois de septembre, impose une démarche rythmée à suivre et à ne pas rater si tu ne veux pas être écarté(e) d’entrée de jeu. Consulte le planning pour te tenir prêt pour cette année ou te rappeler des souvenirs. 

Pour rappel, Parcoursup concerne tous ceux qui souhaitent s’inscrire en première année de l’enseignement supérieur (exceptés les étudiants qui ont redoublé, ceux soumis à une demande d’admission préalable et les candidats à la formation continue). 

Dans cet article, je ne reviens pas sur la procédure et t’invite à consulter le site géré par le Ministère de l’éducation nationale si tu dois t’y coller cette année.

 

Mi-septembre : Où en est Parcoursup ? 

Tu te souviens, plus haut j’avais évoqué le nombre d’étudiants sans réponse en 2017. En comparaison, mi-août 2018, 65 223 jeunes dont 16 106 étaient en recherche actives d’une formation sur Parcoursup. Les 49 117 restants étaient annoncés inactifs sur la plateforme. Mi-septembre 2018, le Ministère de l’Enseignement supérieur indiquait qu’environ 3 000 bacheliers étaient encore sans affectation. Une guerre des chiffres est lancée. Les médias s’emballent alors qu’il semblerait que les statistiques soient meilleures qu’en 2017… Au-delà de cette procédure anxiogène (attendre la validation, ne pas pouvoir se projeter, ne pas pourvoir chercher un logement, ne pas pouvoir commencer ton année tout simplement), certain(e)s ont préféré en sortir ou abandonner pour candidater dans le privé. Un moyen de « disrupter » le système, cependant cela amène à des frais d’inscription onéreux. 

Alors, tu fais partie de ceux qui entrent dans la phase complémentaire, ceux qui n’ont pas encore reçu de propositions. Sans réponse, tu erres et tu es désœuvré(e) d’avoir été mis de côté par une fichue sélection. A la clôture de la phase complémentaire et n’ayant pas d’établissement pour t’accueillir, alors oui tu auras malheureusement subi les erreurs d’une procédure en rodage. Ouf, tout n’est pas terminé pour toi ! Des portes s’ouvrent et tu vas tirer les avantages de cet imprévu ! 

 

Parcoursup fait couler beaucoup d’encre et je ne suis pas là pour parler des erreurs/ échecs (faut toujours un temps de rodage) et des réussites de la plateforme en ligne. Tu fais partie de ceux qui testent. Et cela te donne une chance. 

 

Tes vœux n’ont pas été exaucés ou tu as déserté pendant la procédure

Les avantages de cette situation : 

  1. Tu gagnes une année sabbatique pour faire tes armes 

Au cours de cette année sabbatique (de nombreux étudiants anglo-saxons en font un rite de passage) juste avant d’attaquer les études supérieures, tu vas pouvoir découvrir d’autres alternatives. Tu peux passer du temps sur tes loisirs pour vraiment prendre du niveau ou bien faire des économies d’argent en vue de préparer ton année prochaine. Tu vas gagner en responsabilité et préparer ton départ du nid. Aussi, tu peux t’engager pour des causes (humanitaires, environnementales, sociétales,..). Cela sera l’occasion de te sociabiliser en dehors du lycée. De plus, il est possible que tu décides de gagner en autonomie. Par exemple, si tu n’as pas encore passé ton permis alors tu auras tout le temps de t’y consacrer.  Tellement positif !

 

  1. Tu vas pouvoir t’auto-éduquer pour moins de 30€/ mois  

Moins de 30€/ mois en comprenant l’inscription à la médiathèque, l’achat d’un livre et d’un cours en particulier. Cela peut être plus si tu comptes l’abonnement internet.

Tu es sûr(e) à 100% de la formation que tu veux suivre et tes vœux n’ont pas été retenus. Pourquoi ne pas commencer à te mettre à niveau pour faciliter ta reprise d’études ? Pour cela, il existe des sites internet qui proposent des cours en ligne. Voici les 3 qui m’ont tapé dans l’œil : 

Monamphi.com : Les cours sont en consultation gratuite. L’interface est simple. Ta recherche peut être affinée selon l’auteur, l’enseignant, la matière, l’établissement, le type de cours, l’année scolaire et le niveau. Le site propose également des quizz. Et aussi des annonces et des news. 

MyMooc : Pour rechercher une formation en ligne gratuite et certifiante. Des cours en anglais sont disponibles, idéal pour bosser une langue ! Des interventions des meilleurs professeurs de la planète et obtenir une certification des établissements les plus prestigieux. 

Fun-Mooc.fr : Une plateforme lancée par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en 2013. Tu trouveras des cours gratuits essentiellement donnés par des profs d’établissements francophones. Une petite centaine d’écoles et universités sont partenaires. 

Selon où tu habites, ta commune possède une médiathèque. Déjà c’est l’occasion de sortir un peu et de voir du beau monde. Ensuite, l’adhésion annuelle est généralement peu chère. La médiathèque t’offre une vraie ressource documentaire. Tu as accès à beaucoup de livres de non fiction (# de fiction), de l’audio et vidéo. Avec 2 livres par mois, tu peux avoir lu 24 bouquins en 1 an. Tu auras pris une grande avance sur diverses thématiques qui te bottent (finance, économie, histoire, développement personnel, …).  

Bien évidemment, avec internet, tu peux consulter gratuitement des blogs et des vidéos. Par le numérique, tu pourras suivre des influenceurs. L’idéal est de tout de même jouer sur tous les tableaux pour diversifier tes sources de connaissance.  

 

  1. Ton projet pro va mûrir et tes objectifs seront plus clairs 

Dans le cas où tu vas t’impliquer dans des associations, le monde du travail, des évènements, … tu rencontreras de nouvelles personnes. Tu te construiras donc un relationnel professionnel qui te servira de tremplin par la suite (trouver un stage, rédiger un mémoire, un emploi…). En fin d’année sabbatique ou avant de relancer l’usine à gaz qu’est Parcoursup, je t’invite à formaliser ton Projet personnel et professionnel pour te clarifier l’esprit. Tu seras enfin prêt(e) pour sélectionner tes vœux car tu auras fait des recherches au préalable.  

Tu verras sûrement à l’occasion tes potes qui ont pu commencer leur formation sur les chapeaux de roue. Alors poses leur des questions ! Tu as besoin de leur retour d’expérience pour t’orienter et savoir si tes vœux mis sur Parcoursup à l’époque étaient les bons choix. 

Tu peux également te planifier 2 heures/ semaine pour jauger le marché de l’emploi et vérifier la qualité des offres. En prenant conscience des tenants et aboutissants du monde du travail, crois-moi tu auras une longueur d’avance sur tes potes qui se sont jetés corps et âme dans une formation malheureusement bouchée ! Tu pourras même affiner ton projet avec les données trouvées et t’orienter sur une filière pleine d’avenir. Pour cela, je te recommande de fouiller les sites d’emploi (APECPôle EmploiAPECITA, …).  

 

  1. Comment occuper une année pas si perdue que ça ? 

En plus d’avoir suivi les conseils ci-dessus qui rempliront déjà bien ton agenda, tu peux te lancer dans quelque chose de plus prenant (en terme de temps et d’expérience). Que choisis-tu entre : 

Réaliser un Service civique en France ou à l’étranger : Entre 16 et 25, tu t’engages volontairement au service de l’intérêt général. Pour ma part, j’en ai fait un de 6 mois (lorsque j’étais en période de recherche intense de mon 1er emploi) et cela s’est très bien passé. Cela m’a permis de rebondir et d’ajouter une plus valu à mon profil. 

T’impliquer dans une asso : Généralement c’est sous le statut de bénévole (sauf si tu as la chance de te faire embaucher. Ce qui est de plus en plus rare au vu des financements publics régressifs). Au cours de mon année sabbatique (je l’ai faite après mes études supérieures), je donnais de mon temps pour une association référençant des ateliers dans divers domaines en France ou à l’étranger. Ces ateliers pouvaient facilement être ajoutés à un voyage ou séjour organisé. Je me suis sentie utile, découvert le fonctionnement d’une association et développer de nouvelles compétences (prospection, commercialisation, communication). S’investir simplement 1 à 2 heures/ semaine suffit. 

Faire un stage : Tu vas me dire “Oui d’accord c’est bien ça ! Mais…je ne suis rattaché(e) à aucun établissement pour être conventionné(e) !” Connais-tu la Mission Locale ? C’est un organisme qui suit les jeunes entre 16 et 25 ans pour leur insertion professionnelle. Ainsi, tu en trouves une dans chaque grande ville. Des conseillers t’aident gratuitement à t’orienter et trouver des solutions selon ta situation. Ils peuvent donc t’accompagner dans ta recherche de stage et être signataire de la convention de stage pour ta protection. Haha ! Tu le savais ça ?  😉

Gagner des sousous dans la popoche : Tu en as marre du cocon familial et souhaites rapidement t’envoler. L’idéal pour ne pas s’écraser est d’avoir des économies d’argent. Désolée mais tu vas encore devoir supporter ta madre et ton padre le temps d’en mettre de côté ! Il te suffit de décrocher un travail à mi-temps. Pourquoi ? Le mi-temps te laissera l’opportunité de réaliser toutes tes autres activités d’auto-éducation pour préparer l’année prochaine. Je t’assure avec un temps complet, tu perdras vite la motivation de faire autre chose le matin ou le soir. 

Se lancer dans le travail agricole : Tu es fait(e) pour les grands espaces parce que tu as besoin de respirer et te dépenser. Les agriculteurs/ trices embauchent des saisonniers pour récolter ou d’autres travaux spécifiques. Ils ont besoin de bras ! Vendanger, ramasser les fruits, garder les brebis,… te permettront d’utiliser tes mains, de rencontrer des ouvriers du monde entier et rendre service au monde agricole. Attention, une bonne condition physique est nécessaire. 

Tester des métiers : Tu hésites dans ton orientation ou tu veux être sûr(e) (pour ne pas te planter à nouveau sur Parcoursup). Des sites offrent la possibilité de rencontrer des professionnels et passer une journée dans leur métier. Le prix est fixé par le professionnel. (Viemonjob.comJobsenboite.com). 

Voyager et faire le tour du monde : Une année sabbatique est souvent rattachée au voyage. Donc voilà le meilleur moyen de justifier ton année de césure ! Pour t’organiser, je te conseille de jeter un œil sur Années Sabbatiques.com. Le voyage est tellement enrichissant. Tu rentreras en France bien heureux(se) et plein(e) de motivation. A moins que tu décides de rester en terre étrangère pour d’autres aventures.  🙂

Clairement, des bénéfices (autonomie, langues, ouverture d’esprit, maturité, adaptabilité, atout pour le CV…) sont à tirer de cette année sabbatique. Malgré les freins que tu rencontres, tels que la dépendance aux parents (si pas de véhicule et finances), vivre en zone rurale,  habiter en zone défavorisée, l’empressement des parents de t’inscrire dans une école payante,…ce billet te rend un service parce qu’il te donne des astuces pour justifier ton année de césure et montrer à tes parents que tu restes motivé(e) et déterminé(e) pour suivre tes rêves et remplir tes objectifs. Quoi de mieux que de les rassurer ? ACTION

As-tu d’autres astuces et conseils à partager pour une année sabbatique réussie ? Laisse un commentaire et fais tourner ! 

Lucie Tomasar

Qualité des infos
0
Taille article
0
Style rédactionnel
0
  yasr-loader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.