(2/4) Les 4 stratégies incontournables et immortelles pour choisir sa formation ~ projet scolaire

La stratégie du compromis et ses deux variantes

Le moins de risque possible ~ ou reculer pour mieux sauter

 

 

 

Parfois, lorsqu’on n’a pas le time, lorsqu’il est impossible de s’arrêter sur une matière en particulier, ou lorsque l’on a peur de ne pas trouver de travail, certains emploient la fameuse « stratégie du compromis ».

Tu l’as peut-être déjà mise en pratique et tu connais forcément quelqu’un qui l’utilise. Elle présente deux variantes suivant le profil d’utilisateur, je te donne rapidement les deux :

Les « opportunistes » qui, contraints dans leur choix, cherchent à ne pas se fermer de portes et trouve une formation très généraliste. Typiquement, une licence à la Fuckulté.  Cela permet de tester de nombreuses options de matières, de s’inviter discrètement dans des cours auquel on est pas inscrit (pour essayer), d’échanger des idée avec des élèves de plein d’horizon. Ça c’est quand tu ne sors pas trop la veille. Il faudra quand-même se spécialiser au fil des années et réfléchir à son projet scolaire et professionnel, doucement mais sûrement. On n’échappe pas à son destin que veux-tu !

 

 

 

Les  « pragmatiques » quand à eux, cherchent à capitaliser leurs efforts dans les voies « d’excellence ». Typiquement, écoles d’ingénieur, de droit, de commerce… Un peu plus que les opportunistes, la spécialisation sera inévitable.  Au-delà du prestige discutable que représente le nom de l’école sur un CV, ils parient sur l’effet « Wahou ! » que cela aura auprès des recruteurs, et sur des salaire de 10 à 15 % supérieur à un diplôme généraliste. Si ces chiffres sont réels mais discutables, la concurrence est une difficulté avérée.

 

 

 

 

Sylvain Blanquet

 

Qualité des infos
0
Taille article
0
Style rédactionnel
0
  yasr-loader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.